skip to Main Content
À propos de
Saleh Kamel
Que Dieu lui fasse miséricorde
timeline_pre_loader

Saleh Abdullah Kamel était le fils d’une famille makkane bien connue et respectée. Son père a travaillé à la cour royale pour Sa Majesté le défunt roi Faisal Bin Abdul Aziz pendant plus de 40 ans, tandis que son grand-père, le cheikh Muhammad Kamel, était l’un des principaux érudits de la Sainte Mosquée de La Mecque.

Premières années de vie

Saleh Kamel est né au cours de l’été 1941 à Taif. Il a grandit avec ses parents, ses trois frères et ses quatre sœurs, dans une maison modeste du quartier Al Hajla de La Mecque. Après avoir terminé ses études, il a obtenu un diplôme d’études secondaires qui lui a permit de s’inscrire au “College of Business Administration” de l’Université du Roi Saoud de Riyad.

Une passion pour le commerce

Sheikh Saleh a montré son amour du commerce dès son plus jeune âge, lorsqu’il vendait de la baleela et des jeux d’enfants aux enfants du voisinage. Pendant la saison du Hajj, il exerçait le métier de Tawafa (guider et aider les pèlerins), qui se transmettait de génération en génération à La Mecque. Le jeune Saleh s’est rendu compte que la saison du Hajj offrait de grandes opportunités de travail, dont il a pleinement profité pour se procurer des fonds pour de futurs investissements.

Combiner le commerce et les études

Lorsque le jeune Saleh Kamel a découvert le scoutisme, il a pu transformer son passe-temps en une autre opportunité commerciale en important et en vendant divers vêtements et équipements à ses camarades. Plus tard, à l’université, il a développé son activité de fournitures de scoutisme et, voyant un créneau sur le marché, a ouvert un service d’impression et de copie dans un magasin proche de l’université où il produisait et vendait des copies de notes de cours.

La vie professionnelle

Après avoir obtenu son diplôme universitaire, Sheikh Saleh a travaillé au ministère des finances pendant dix ans, où il a affiné ses compétences économiques. Grâce à son expérience au ministère, il etait bien placé pour identifier une série d’opportunités commerciales dans l’économie saoudienne en plein essor. Il a créé la Société Dallah dans un petit bureau à Riyadh en 1969.

Réalisations

Avec Sheikh Saleh à la tête de l’entreprise, Dallah a réussi à obtenir un certain nombre de contrats gouvernementaux de maintenance et d’exploitation, notamment

  • Un projet de services postaux mobiles pour transporter la correspondance postale dans les petites villes du Royaume en coopération avec le ministère des Postes, Télégraphes et Téléphones.
  • L’exploitation de divers équipements électriques et mécaniques au port maritime King Abdul Aziz à Djeddah.
  • Nettoyage et entretien de la ville de Djeddah.
  • Entretien et exploitation de projets d’égouts dans la plupart des villes d’Arabie saoudite.
  • Entretien et nettoyage des services gouvernementaux à Médine.
  • Entretien et exploitation des feux de circulation dans diverses villes du Royaume.
  • Création et gestion d’auto-écoles à Riyad et à Djeddah dans un premier temps, puis dans d’autres villes du pays.
  • Mise en œuvre d’une série de projets pour le département météorologique d’Arabie saoudite.

Les médias

La contribution de Saleh Kamels au monde des médias a été considerable. Au début des années 1970, il a créé une société de production de médias et a étendu son engagement dans ce secteur tout au long des décennies suivantes. Il a fait partie des pionniers des chaînes par satellite, participant au lancement de MBC depuis Londres, suivi de l’introduction du nouveau réseau de chaînes ART quelques années plus tard. Il a investi des millions de riyals dans l’expansion des droits de diffusion télévisée des ligues de football et d’autres tournois sportifs, apportant de nouvelles expériences à un public enthousiaste. Il a également fait partie du conseil d’administration d’un certain nombre de journaux et d’autres médias.

IQRAA

Parmi ses contributions aux médias, et l’une d’entre elles lui tenait à cœur, figure le lancement de la chaîne Iqraa, qui diffuse les valeurs de l’islam modéré dans le monde entier, en trois langues.

Des amis haut placés

Sheikh Saleh a noué de bonnes relations, souvent intimes, avec des dirigeants du monde entier, y compris des premiers ministres et des présidents, grâce à ses nombreux intérêts commerciaux. Il a gagné la confiance d’influenceurs et de décideurs en mettant sur pied divers projets internationaux innovants pour lesquels il a été récompensé par de nombreuses distinctions sous forme de prix et de médailles.

Pionnier de l'économie islamique

Sheikh Saleh Saleh s’est fait une réputation internationale en tant que pionnier de l’économie et de la finance islamiques, en travaillant assidûment au développement de ses outils et structures. Il a ouvert de nombreuses banques islamiques dans différents pays du monde, offrant ainsi la possibilité de participer à la finance islamique – souvent pour la première fois – à un grand nombre de personnes. Il a également lancé le révolutionnaire symposium Albaraka pour l’économie islamique, qui se tient chaque année depuis plus de quarante ans.

Un magnat de l'immobilier

Sheikh Saleh a apporté de nombreuses contributions importantes au développement de l’immobilier. Il a créé le complexe Durrat Alarous à Djeddah, considéré comme l’un des principaux projets immobiliers de la région, et a également contribué à la création et au développement de la route King Abdul Aziz à La Mecque qui, en plus de fournir des liaisons de transport essentielles vers et depuis la ville sainte, comprend des projets résidentiels et commerciaux, un hôpital et d’autres installations liées.

Aspirations humanitaires

Sheikh Saleh s’est investi dans des œuvres caritatives tout au long de sa vie, par le biais de la Fondation humanitaire Saleh Kamel et de la Fondation humanitaire Iqraa, qui continuent toutes deux à œuvrer pour préserver son héritage caritatif. Ces deux organisations s’efforcent de préserver les objectifs du cheikh Saleh, à savoir contribuer au développement de l’humanité en offrant des possibilités d’éducation et d’emploi en Arabie saoudite et dans le monde entier.

Son décès
Back To Top